Sortie d'automne avec l'Amicale Traction du Sud Lorrain.
- Samedi 14 et dimanche 15 octobre  2017 -

LORRAINE
<< Retour à la liste


Promenade automnale

Répondant à l’invitation de Véronique et Vincent, organisateurs, dix-neuf Traction se retrouvèrent à Mattaincourt où les attendaient Maryse et Claudy Patenotte…

Après un accueil fort convivial, Claudy, luthier, nous convia à la visite de son atelier et à la découverte de son savoir-faire.
Comme son père et son grand-père avant lui, Claudy fabrique des instruments de musique de facture française dans la grande tradition des luthiers de Mirecourt. Il créé et restaure divers types de guitares et mandolines et utilise, selon les besoins de son art, l’épicéa, le sycomore, l’érable… Le beau métier de luthier n’a plus de secrets pour lui.
Il nous conta les étapes de la fabrication de la mandoline, ce petit luth originaire d’Italie, utilisé en musique classique, folklorique ou traditionnelle, doté d’une caisse de résonnance en lamelles collées, d’une table d’harmonie avec une grande ouïe, d’un manche court et étroit muni de frettes se terminant par un chevillier servant à accrocher les cordes. Sans oublier de mentionner la mandole, grande sœur de la mandoline…
Puis vint la guitare qui se différencie de la mandoline principalement par sa forme mais aussi par le nombre de cordes et leur accord. La table d’harmonie est dotée d’une rosace permettant au son de sortir du corps mais le mot désigne aussi la partie décorée entourant l'ouverture, marqueterie très fine qui permet au luthier d’exprimer toute sa virtuosité dans le travail du bois.
C’est avec émotion que l’on admire ces merveilleux instruments nés de la main de l’homme, attendant patiemment le moment d’égrainer leurs sons mélodieux !

Après cette belle rencontre dédiée à l’art de la lutherie, nous déjeunons au « Le Chalet d’Etienne », puis nous visitons les Hautes-Mynes du Thillot, site d’extraction du cuivre classé monument historique, exploité par les ducs de Lorraine dès 1560. La richesse des filons et le savoir-faire des mineurs engendrèrent une activité qui perdura jusqu’en 1761.
Accompagnés de notre guide, bien chaussés et coiffés de casques, nous parcourons quelques galeries souterraines où les mineurs creusaient la roche granitique pour extraire le minerai au rythme fastidieux de quelques centimètres par jour. A partir de 1617, l’utilisation de la poudre noire rendit le travail moins pénible et les mines du Thillot furent le premier lieu d’extraction du minerai à l’explosif à l’échelle européenne. En ces lieux, 400 tonnes de minerai étaient extraites chaque année pour récupérer entre 60 et 80 tonnes de cuivre. Le matériau était, soit transformé en monnaie, soit allié à l’étain pour la fabrication du bronze. En 200 ans, les mineurs ont creusé 7 kilomètres de galeries mais seule une partie est accessible au public.
A La Maison des Hautes-Mynes, une exposition retrace ces deux siècles d’activité minière.

Le soir, repas à « La Géromoise » et nuit à « L’Echo du Lac » à Géradmer.

Le lendemain, nos Traction quittent Gérardmer. Le soleil brille et nous admirons la beauté du lac, joyau enserré dans un écrin aux couleurs de l’automne.

Un peu plus tard, le guide de la Scierie du Lançoir évoque pour nous le travail des sagards, ouvriers de la scierie, et le fonctionnement du haut-fer hydraulique actionné par une turbine métallique alimentée par les eaux de la Petite Meurthe. L’origine de la scierie remonte à 1625 et le dernier sagard cessera son activité en 1963. Le patrimoine sera inscrit aux Monuments Historiques en 1997.
Nous quittons ces lieux, admiratifs d’une technologie merveilleuse de simplicité et pourtant très efficace.

Excellent repas au restaurant des deux Frères à Saulcy sur Meurthe

A Sainte-Marguerite, c’est un vrai bric-à-brac que nous découvrons à la Ferme-Musée de la Soyotte !
Cette association, qui poursuit l’objectif de développer la culture populaire et la sauvegarde du patrimoine vosgien, garde dans une belle bâtisse 7000 à 8000 pièces, 83 métiers reconstitués avec les outils de l’époque. En bas, le groupe « grange-écurie », à l’étage, les petites chambres avec les costumes, les tissages etc…, l’ancien grenier à foin qui accueille les « petits travaux d’hiver ».
Tant et tant de choses dont certaines évoquent notre enfance, et bien plus encore : « Objets inanimés, avez-vous donc une âme … »

Vient l’heure pour nos Traction et leurs occupants de se quitter avec le soleil comme compagnon de route.

Merci à Véronique et Vincent pour leur efficacité et leur bonne humeur.
A l’année prochaine pour d’autres belles balades !

Marie Daffini


Arrivée des Traction à Mattaincourt

L'atelier de lutherie de Claudy

Guitares et mandolines ...

Arrivée à Saint-Etienne-lès-Remiremont

Repas au "Chalet d'Etienne"

Sur le site des Hautes-Mynes du Thillot

Visite des anciennes mines de cuivre

Départ de l'hôtel " l'Echo du Lac" à Gerardmer

Nos Traction à la scierie du Lançoir

Démonstration de sciage

Devant la ferme Musée de la Soyotte

La cuisine ...